vendredi 21 août 2015

Les rats quittent le navire


Sur le site huffington.fr Maurice-Ruben Hayoun déplore une France prochainement judenfrei (libérée des Juifs) :

Ce thème, je dois l'avouer, m'a toujours mis mal à l'aise. Je ne voulais pas le prendre en considération, arguant que la presse, en mal de sensations fortes en cette période creuse de l'été, nous resservait de vieux marronniers. ET voici que des visites sur les plages de Tel Aviv, de Herzliya ou de Netanya m'ont contraint d'admettre cette évidence: de plus en plus de citoyens français de religion juive [*] préparent leur aliya en Israël sous différentes formes.

La configuration la plus fréquente et peut-être aussi la plus simple consiste à envoyer les enfants poursuivre leurs études supérieures en Israël tandis que leurs parents prennent leur temps pour liquider leurs affaires sur place et voir venir. Qui sait ?

Comment ai-je fini par me rendre à l'évidence? Je n'entends que cela sur les plages prises d'assaut par des compatriotes, sur les terrasses des restaurants à Tel Aviv, à Herzliya, Natanya et ailleurs. Tous ces citoyens français de confession juive [*] ne parlent que de cela. Dans certains quartiers, vous chercheriez vainement des locuteurs de l'hébreu et vous auriez du mal à en trouver. Si vous allez chercher la version française du Jerusalem Post, une fois sur deux, le stock du libraire est épuisé tant la demande, chaque mercredi matin, est forte [...]

Et voici ce qu'on vous dit: Alors, vous avez fait votre Aliya? Où habitez-vous désormais? Quant à nous, disent ils, presque unanimement, nous ne voyons plus d'avenir pour nous à Paris... Et de citer pêle-mêle la sanglante agression visant l'Hyper Casher, la tuerie de Charly Hebdo, les incidents avec les jeunes des banlieues sur la voie publique, la nécessité de poster des agents statiques devant les synagogues et les autres institutions juives, à Paris comme en province. Bref, un sentiment diffus mais très réel d'insécurité et l'impression, sans cesse croissante, que le ou les gouvernements ont perdu la main. Bref que la situation n'est plus contrôlable, et ce pour plusieurs raisons: crainte de combattre frontalement le communautarisme et le terrorisme, désir subliminal d'attirer à soi certains électeurs qu'il ne faut surtout pas brusquer, etc.

Enfin, un dernier point, assez inattendu, il faut bien dire, mais qui constitue un renfort inespéré pour les candidats au départ: le livre Soumission de Michel Houellebecq. Un bon nombre de gens le lisent sur les plages. L'auteur a du style, mais sa thèse sur l'islamisation de la France est ici prise très au sérieux, même si elle paraît incroyable. Et j'ignore si cet auteur l'a fait volontairement mais il met en scène une de ses jeunes maîtresses, juive de Paris, qui lui annonce après une dernière nuit d'ébats amoureux, son départ pour la pays de ses ancêtres...

Un divorce entre la France et ses fils [?] de confession juive ne serait pas seulement un désastre, ce serait aussi une douleur indicible sur tous les plans.

Il est encore temps d'apporter un démenti à Houellebecq, un bon écrivain dont j'ai bien apprécié La carte et le territoire...

source : http://www.huffingtonpost.fr/mauriceruben-hayoun/depart-juifs-de-france-israel_b_7980792.html

[*] Le Juif nous est trois fois étrangers : étranger par sa nationalité (peuple juif); étranger par sa religion (talmudiste); étranger par sa race (sémite).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour des raisons techniques, il m'est impossible de répondre aux commentaires - problème de cookies sous proxy !