dimanche 11 octobre 2015

Le révisionniste Vincent Reynouard saisit le Conseil constitutionnel

      

Le Conseil constitutionnel va devoir, sur demande du révisionniste Vincent Reynouard, se prononcer sur la conformité de la loi réprimant la contestation des crimes contre l'Humanité [Le Talmud distingue l'Humanité d'un côté (les juifs), et les goyim de l'autre (assimilés à du bétail). Le caractère particulier de la shoah s'explique uniquement par l'identité juive d'une partie de ses victimes.] commis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Début 2014, il avait posté une vidéo de 45 minutes sur un site révisionniste, dans laquelle il s'insurgeait contre la « propagande » diffusée à l'occasion du 70e anniversaire du Débarquement en Normandie.

Condamné pour cela le 17 juin dernier à un an de prison ferme par la cour d'appel de Caen, Vincent Reynouard avait formé un pourvoi en cassation contre cette décision, et une question prioritaire de constitutionnalité (QPC). Il y soutient en substance qu'en n'incriminant que la négation de certains crimes contre l'Humanité, la loi introduit une discrimination injustifiée entre les victimes de ces crimes.

Dans une décision rendue ce mardi, la Cour de cassation a jugé sérieuse la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) sur l'article 24 bis de la loi sur la presse, en ce qu'elle « est susceptible de créer une inégalité devant la loi et la justice ».

Si la loi (Fabius-Gayssot) devait être censurée par les "Sages" et l'incrimination supprimée, l'avocat de l'UEJF (Union des étudiants juifs de France), Me Stéphane Lilti, craint une « libération de la parole négationniste ».

source : http://www.leparisien.fr/societe/contestation-de-crimes-contre-l-humanite-y-a-t-il-deux-poids-deux-mesures-07-10-2015-5161105.php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour des raisons techniques, il m'est impossible de répondre aux commentaires - problème de cookies sous proxy !