samedi 31 octobre 2015

Torrent migratoire : Le Premier ministre hongrois dénonce une “conspiration” du financier juif George Soros

Le juif George Soros combattra la Race Blanche 
jusqu'à son dernier souffle.


Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, partisan d’une ligne dure face à la crise des migrants, a affirmé vendredi que l’Europe avait été “trahie” à cet égard par une conspiration menée par de puissants financiers juifs, la gauche et des responsables non élus.

“L’Europe a été trahie, si nous ne défendons pas (ses intérêts), le continent n’appartiendra plus aux citoyens qui vivent ici”, a déclaré M. Orban lors d’une conférence à Budapest.

Il a notamment mis en cause le financier américain d’origine juive George Soros, affirmant que les plans “de financiers bien organisés, ceux qui pensent au-delà des états-nations, et de dirigeants qui n’ont jamais été élus“ pourraient devenir réalité.

Il a également accusé la gauche européenne d’oeuvrer à l’affaiblissement des états-nations au profit de la dimension internationale et du cosmopolitisme.

“Il est difficile d’imaginer” que d’importants pays européens dotés “d’immenses services de renseignement fonctionnant bien” n’aient pas été préparés à l’afflux quotidien de milliers de réfugiés en Europe, a-t-il dit.

“Les gens se doutent que ce n’était pas une coïncidence“, a-t-il ajouté.

Vendredi, M. Orban a également affirmé dans une interview à la radio publique que M. Soros [le milliardaire juif, ndlr] apportait un important soutien aux militants “qui veulent soutenir tout ce qui affaiblit les états-nations”.

La Hongrie a annoncé son intention de contester les quotas décidés par l’Union européenne pour répartir les réfugiés dans les Etats membres, et de refuser les demandeurs d’asile ou migrants qui seraient renvoyés sur son territoire en provenance d’Europe de l’Ouest.

“Qui en Europe a voté pour permettre à des gens d’arriver illégalement par millions et d’être ensuite répartis” dans les pays de l’UE, s’est demandé le Premier ministre dans cette interview.

“Ce qui se passe aujourd’hui ne se déroule pas sur une base démocratique“, a-t-il encore affirmé, estimant que l’UE avait abandonné la légalité au profit de “l’anarchie”.

“L’immigration est un problème culturel, notre identité est en jeu”, a-t-il asséné.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour des raisons techniques, il m'est impossible de répondre aux commentaires - problème de cookies sous proxy !