samedi 26 décembre 2015

Révolte populaire en Corse

  

Suite à l'agression de pompiers tombés dans un guet-apens, des centaines de citoyens ont exprimé leur colère dans le quartier arabo-musulman d'Ajaccio.

De nombreux responsables musulmans de France ont condamné avec force vendredi soir le saccage d’une salle de prière en Corse, en appelant au «calme» et à «l’apaisement».

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) «a appris avec une profonde consternation l’attaque dont a fait l’objet cet après-midi une mosquée à Ajaccio qui a été saccagée par un groupe de manifestants. Plusieurs exemplaires du Coran ont été également brûlés», déplore dans un communiqué son président, Anouar Kbibech. Le CFCM «condamne avec la plus grande vigueur ces actes inqualifiables et intolérables». Il est «profondément choqué par ces profanations qui interviennent un vendredi, jour de prière pour les musulmans, et le jour même de la fête de Noël», ajoute-t-il.

Se disant «très touché» par un entretien téléphonique avec le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, le président du CFCM appelle «l’ensemble de nos concitoyens au calme et à la sérénité pour faire face ensemble aux défis que nous devons tous relever dans la solidarité et dans la fraternité».

La tête décapitée d'un Maure sur le drapeau corse, symbolise 
la lutte contre l'envahisseur afro-musulman.

Le traître [ndlr] Bernard Cazeneuve a condamné dans la soirée le saccage du lieu de culte, de même que l’agression de sapeurs-pompiers et policiers commise dans la nuit ayant précédé ces «exactions intolérables, aux relents de racisme et de xénophobie». Le Premier ministre Manuel Valls a également condamné l'«agression intolérable de pompiers» et «la profanation inacceptable d’un lieu de prière musulman», en appelant au «respect de la loi républicaine».

     
« On est chez nous !  »

Abdallah Zekri, président de l’Observatoire national contre l’islamophobie du CFCM, a également «condamné avec force» ce saccage. «Je tiens à dénoncer cette agression qui se déroule en un jour de prière pour les musulmans et pour les chrétiens», puisque cette année Noël tombait juste après le Mouled, la fête musulmane qui commémore la naissance du prophète Mahomet, a-t-il déclaré à l’AFP.

«Nous sommes absolument consternés et attristés», a de son côté réagi sur BFMTV Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris, en lançant un appel au «calme, au sang-froid et à l’apaisement pour que les choses rentrent dans l’ordre le plus rapidement possible sur l’île de beauté, l’île de la paix».


1 commentaire:

  1. Jean Aymard Desconnards26 décembre 2015 à 13:00

    Bravo à eux et surtout à toi de relayer l'info !!!
    C'est ce que l'on aurait dû faire lors des premières émeutes en banlieue, il y a quelques années en arrière...Les Corses ont des couilles, eux...
    A bientôt et bravo pour ton blog...

    RépondreSupprimer

Pour des raisons techniques, il m'est impossible de répondre aux commentaires - problème de cookies sous proxy !