vendredi 11 mars 2016

Samedi 19 mars, François Hollande célébrera l'épuration raciale de l'Algérie


Avant lui, aucun président de la République n'avait osé assister à ces commémorations, inscrites dans la loi par une proposition socialiste adoptée le 8 novembre 2012.

Les associations de rapatriés estiment que la date du 19 mars (accords d'Evian) est celle d'une défaite et qu'elle n'a pas marqué, sur le terrain, la fin de la guerre. Mais plutôt la fin de l'engagement des autorités françaises dans la défense de leurs ressortissants et le début des violences dont furent victimes les Français d'Algérie [Blancs] et les supplétifs [Traîtres/Harkis] engagés aux côtés de la France.



Le 19 mars 1962, la France se range du côté des bougnoules, 
l'extermination des Blancs d'Algérie peut commencer.


Nous étions en Afrique du Nord bien avant les Arabes (époque romaine). L'Algérie française aurait eu un sens, si elle avait expulsé tous les bougnoules présents sur son sol. L'expulsion des crasseux vers le Maroc, la Tunisie, la Libye, le Niger, le Mali et la Mauritanie aurait permis à la Race Blanche de se maintenir en Afrique du Nord.

La Race Blanche aurait ainsi acquis son indépendance énergétique et elle serait aujourd'hui respectée (crainte).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour des raisons techniques, il m'est impossible de répondre aux commentaires - problème de cookies sous proxy !