vendredi 29 juillet 2016

Le complice d'Adel Kermiche était un métis

        
Abdel Malik Petitjean (à droite) prête allégeance à la cause musulmane.

Les métis sont des êtres instables qui souffrent de leur double identité. En commettant son crime, 
Abdel Malik Petitjean voulait trancher un conflit identitaire et lancer au monde ce message : JE SUIS UN ARABE !

  Abdel Malik Petitjean était né d'une femelle maghrébine (Yamina Boukezzoula).

En se rendant complice du meurtre d'un prêtre catholique de Race Blanche, Abdel Malik Petitjean tue symboliquement son identité paternelle. Il règle un conflit intérieur en mettant en avant son identité arabo-musulmane.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour des raisons techniques, il m'est impossible de répondre aux commentaires - problème de cookies sous proxy !