samedi 13 août 2016

S'allier au Juifs contre l'islam ?

      
S'allier aux responsables de l'immigration-invasion serait un acte de haute trahison.


Bernard Henri Lévy a soutenu toutes les guerres au Moyen Orient pour le compte d'Israël. Mais il n'a jamais exigé l'arrêt de l'immigration musulmane en France. Même après la tuerie de Mohamed Mehra dans une école juive, les Juifs ne se sont pas servis de leur influence pour faire cesser l'immigration musulmane vers la France. Alors que cette communauté avait l'un des siens (Nicolas Sarkozy) à la tête de l'Etat. La haine des Blancs était plus forte que la crainte des musulmans.


L'analyse de Greg Johnson :

La justification de cette alliance proposée est un supposé intérêt commun entre autochtones européens et Juifs de la diaspora à résister à l'islam. Mais cette cause communes existe-t-elle vraiment ? Aprés tout, l'Etat d'Israël, que les Juifs de la diaspora considèrent comme leur dernière ligue de défense, se trouvent au milieu d'un océan de musulmans. De plus, il y a des millions de musulmans à l'intérieur des frontières d'Israël.

Il faut donc se demander : les Juifs se sentent-ils vraiment en insécurité parmi les musulmans ? Ou, si les Juifs ont peur des musulmans, y a-t-il quelque chose qu'ils craignent encore davantage ? Les Juifs en Israël semblent prêts à vivre côte à côte avec les musulmans pour éviter un plus grand mal. Quel plus grand mal ? L'antisémitisme européen, bien sûr. Le projet sioniste fut conçu comme un refuge contre l'antisémitisme européen. L'Etat d'Israël fut fondé après la seconde guerre mondiale. L'holocauste est brandi comme la justification de la fondation d'Israël et de tous les actes d'oppression, guerres et annexions qu'il a ensuite commis contre la population indigène. Il est certain que les Juifs craignent et haïssent les musulmans. Mais ils craignent et haïssent encore davantage les Européens blancs [Européens blancs ! Un Européen peut-il être autre chose que Blanc ?!].

Etant donné la crainte juive de l'antisémitisme européen, il s'ensuit que les Juifs se sentiraient en fait plus en sécurité en Europe si la population indigène était diluée au milieu des non-Européens, y compris des musulmans. De plus, cette hypothèse est totalement dans la logique des politiques soutenues par les principales organisations juives, qui s'opposent au nationalisme européen tout en soutenant le multiculturalisme et l'immigration musulmane en Europe.

Mais que dire des cas où des Juifs ont été attaqués et tués par des musulmans en Europe ? N'y a-t-il pas là le fondement d'un intérêt commun à résister à l'islam ? Je ne le pense pas. En Israël, les Juifs mettent en oeuvres des politiques qui garantissent pour ainsi dire des représailles terroristes musulmanes. Pourtant, les Juifs mettent tout de même en oeuvre ces politiques, parce qu'ils estiment que cela en vaut la peine, même en prenant compte les inévitables pertes juives. La même logique est à l'oeuvre au sein de la diaspora juive.

Certes, le soutien à l'immigration musulmane en Europe expose les Juifs de la diaspora à la violence musulmane. Mais la communauté juive considère cette violence comme un prix modeste à payer au vu du bénéfice que représenteront la destruction ultime de la population européenne autochtone.

Les Juifs se sentent plus en sécurité parmi les musulmans que parmi les Européens. Par conséquent, les Juifs ne pensent pas qu'il soit dans leur intérêt de s'allier avec des nationalistes européens pour résister à l'immigration musulmane en Europe. Mais même si c'était dans leur intérêt, cela ne serait peut-être pas suffisant pour modifier la politique juive. Après tout, il se peut que les Juifs haïssent les Blancs davantage qu'ils ne s'aiment eux-même.

C'est peut-être une erreur d'attribuer trop de rationalité aux Juifs. Le pouvoir juif est probablement moins le produit de calculs rationnels que la répétition irrationnelle et compulsive d'un ensemble de stratégies évolutives visant à obtenir la domination sur d'autres groupes. Si ces stratégies sont appliquées par réflexe plutôt que rationnellement, il faut s'attendre à ce que les Juifs continuent à les appliquer même lorsqu'elles deviennent contre-productives. Telle a été de fait, la constante juive pendant des siècles. Les Juifs se sont continuellement élevés à des positions de richesse, de pouvoir et d'influence. Mais ils ont tendance à pousser à bout leur population-hôtes ce qui conduit à des réactions brutales et soudaines et à de terribles revers de fortune [Malheureusement les pertes ont toujours été plus importantes chez les Blancs que chez les Sémites de religion juive. Durant la seconde guerre mondiale 1,5 million de Juifs ont été tué par les Allemands (estimation de l'ancien résistant socialiste Paul Rassinier). Alors que rien qu'en Ukraine, 7 millions de Blancs ont été assassinés par le régime judéo-bolchevique.]. On ne peut pas conduire une voiture qui n'a pas de freins : or les Juifs n'ont pas de freins. 

source : http://www.counter-currents.com/2011/08/white-nationalism-jewish-nationalism/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour des raisons techniques, il m'est impossible de répondre aux commentaires - problème de cookies sous proxy !