mardi 27 décembre 2016

La parenté raciale entre sémites engendre un quiproquo sanglant


Un charivari à l’orientale

En Israël, un étrange et sanglant charivari, qui a conduit à des coups de couteau et de pistolet, impliquant trois Juifs qui croyaient tous avoir affaire à des Palestiniens, a mis en lumière la communauté d’origines raciales des Juifs et des Arabes, et le fait qu’ils ne s’entretuent que sur la question du sionisme.

Shlomo Pinto, un Juif habitant la ville de Kiryat Ata, a été accusé de tentative de meurtre (en) il y a dix jours, braquant les projecteurs sur les circonstances bizarres de l’affaire et sur la réalité sous-jacente des relations entre les groupes raciaux sémitiques.

Un Israélien condamné pour avoir poignardé un Juif 
qu’il prenait pour un Arabe

En 2015, Pinto avait décidé de poignarder un Palestinien, dans le cadre des affrontements du tac au tac entre Juifs et Arabes.

Pinto faisait ses courses dans un supermarché quand il aperçut une cible, qu’il avait identifié « d’après son apparence » comme étant un arabe, ainsi que le rapporte The Times of Israel.

Il le frappe de plusieurs coups de couteau dans le ventre, avec une telle ardeur qu’il en fit choir sa kippa.

     

Malheureusement pour Pinto, sa victime n’était pas un arabe, mais un autre juif du nom d’Uriel Razkan. Comme ce dernier le rapporta par la suite, Pinto lui avait crié pendant l’attaque : « Tu le mérites, tu le mérites, sale bâtard d’Arabe ! »

Razkan explique qu’il s’était ensuite retourné et avait aperçu un « Haredi » (un Juif orthodoxe). « Je lui ai crié : Je suis juif ! mais rien n’y a fait. J’ai fini par prendre la fuite, sinon j’aurais été tué », dit Razkan.

Là-dessus, Pinto, l’homme au couteau, a lui aussi tenté de s’enfuir, mais un vigile juif du magasin, qui l’avait pris pour un Palestinien, lui a tiré dessus avec son arme de poing.


Mais le vigile a raté sa cible « arabe », laissant Pinto s’échapper. Il fut finalement arrêté, hors du magasin, par un passant qui le plaqua au sol, en attendant l’arrivée des forces de l’ordre.

Les photos de Pinto et de Rakan montrent assez clairement pourquoi ces Juifs se sont pris mutuellement pour des Arabes. La proche parenté entre Juifs et Arabes n’étonne pas ceux qui s’y connaissent un peu en génétique et en histoire.

La parenté sémitique manifestée par la biologie

L’ADN juif fait l’objet depuis un moment de nombreuses études scientifiques, dont la meilleure synthèse a été publiée par le Dr. Harry Ostrer dans Legacy : A Genetic History of the Jewish People.

Ce livre fait l’inventaire des études entreprises dans le domaine de la génétique depuis ces vingt dernières années et conclut que tous les groupes juifs importants ont en commun une origine commune moyen-orientale.

Les études de l’ADN montrent que les Juifs ashkénazes et sépharades ont à peu près 30 % d’ancêtres européens, le reste venant du Moyen-Orient.

L’ouvrage d’Ostrer remarque que les Juifs ashkénazes et sépharades « sont très proches génétiquement, ce qui est un résultat inattendu, étant donné qu’ils ont été longtemps séparés », et que  » les éléments génétiques communs suggèrent que toutes les communautés juives sont apparentées au même degré que des cousins de quatrième ou de cinquième degré dans une vaste population, ce qui est un taux d’apparentement dix fois supérieur à celui qui relie deux personnes prises au hasard dans une rue de New York. »

 Melons et Youtrons sont frères de sang

Dans cette mesure, la théorie faisant état d’une origine khazare des Juifs ashkénazes, grandement relayée « à droite », est largement réfutée. Une étude de 2013 (en) avait révélé que les Juifs azkénazes ont en commun avec les autres populations juives la plus grande partie de leur hérédité », que les Juifs azkénazes « ne montrent pas de ressemblance génétique frappante avec les populations du Caucase » et qu’il n’y a pas d’indices d’une contribution génétique majeure venant du Caucase ou des régions au Nord du Caucase. »

La preuve la plus manifeste de la ressemblance entre Juifs et Palestiniens, ce que les études citées plus haut appellent l’origine moyen-orientale, provient d’un inventaire des ADN palestiniens et juifs (en) effectué en 2015, qui montre que les « Juifs se répartissent en trois groupes génétiques, qui sont tous d’origine moyen-orientale et qui sont partagés par les Palestiniens et les Druzes. »

La fraternité sémitique démontrée par l’Histoire


De même, l’hérédité commune apparaît clairement d’un point de vue historique. Depuis plus de mille ans, le courant majoritaire de la juiverie s’est allié aux envahisseurs musulmans de l’Europe – qu’il s’agisse des Maures qui ont attaqué et occupé l’Espagne, ou des Turcs ottomans qui ont attaqué et occupé la plus grande partie des Balkans.

Cette étroite coopération entre Juifs et Maures en Espagne a été l’une des principales causes de l’expulsion des Juifs d’Espagne en 1492. Après leur expulsion d’Espagne, beaucoup de ces Juifs ont fui vers Constantinople, qui était tombé aux mains des Turc ottomans, musulmans, en 1453.

Constantinople, l’ancienne capitale des pays chrétiens du Centre et de l’Est, qui était tombée sous les coups des attaques musulmanes et fut renommée Istanboul, devint la plus grande ville juive du monde pendant plusieurs siècles.

L’étroite coopération entre les mondes juifs et musulmans ne fut brisée que par l’avènement du sionisme – la revendication d’un ethno-État – qui fut formulée au milieu des années 1890.

Une fois que les sionistes eurent décidé d’établir en Palestine leur patrie juive, les Palestiniens musulmans, qui vivaient là, se mirent en colère et lorsque l’Israël fut proclamé en 1948, cet État n’avait été rendu possible que par le nettoyage ethnique de la plupart des résidents palestiniens.

C’est de cette époque que date l’hostilité entre les mondes juifs et musulmans, elle n’est pas antérieure. Ce qui explique aussi le cadre dans lequel certaines fausses reconnaissances peuvent avoir lieu, comme dans la bataille entre Pinto et Razkan.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour des raisons techniques, il m'est impossible de répondre aux commentaires - problème de cookies sous proxy !