vendredi 10 février 2017

Affaire Théo : la police des polices privilégie la thèse de l'accident plutôt que celle du viol

Soumission.

LE FIGARO - Les premières conclusions de l'IGPN écartent l'idée de «viol délibéré» en se basant sur les images de vidéosurveillance. Ces images doivent encore être visionnées par la juge d'instruction dans le cadre de l'enquête, qui se poursuit. «Il n'y a pas d'éléments nouveaux» et «il faut laisser la justice suivre son cours», tempère l'avocat du jeune homme.

Le geste qui a infligé une grave blessure à Théo, lors de son interpellation à Aulnay-sous-Bois, était-il intentionnel? C'est la question qui rythme l'affaire depuis ses débuts. Il s'agit de savoir si le pantalon du jeune homme a glissé par accident et si l'introduction de la matraque [téléscopique] dans son rectum sur 10 cm a pu être un geste involontaire, comme l'affirment le policier mis en cause et son avocat.

Selon les informations de LCI et de BFMTV, l'inspection générale de la police nationale - l'IGPN, la «police des polices» - a transmis ses premières constatations sur ce point à la juge d'instruction en charge de l'affaire. Elles sont similaires aux éléments déjà communiqués lors des mises en examen: l'IGPN retient la thèse d'une «opération qui tourne mal» en s'appuyant sur les images de vidéosurveillance. Il ne s'agit toutefois pas du rapport final mais bien de premières conclusions.

D'après les enquêteurs, Théo ne s'est pas laissé menotter, ce qui aurait déclenché une bagarre avec trois des quatre policiers qui intervenaient. L'un d'eux aurait utilisé une matraque pour lui faire plier les genoux. Mais aucun n'aurait volontairement baissé son pantalon. Selon LCI, l'IGPN déplore «un accident grave et réel» mais écarte l'idée de «viol délibéré», car il n'y a pas d'élément intentionnel.

Ces éléments issus de la vidéosurveillance, notamment sur la question du pantalon de Théo, étaient déjà ceux qui avaient motivé la requalification des faits de «viol» en «violences volontaires» lors de l'ouverture de l'information judiciaire. La décision avait été très contestée, notamment par le maire de la ville [Le Républicain (LR) Bruno Beschizza avait immédiatement enfoncé ses collègues]. Un des policiers a finalement été mis en examen pour «viol» par la suite, les trois autres pour «violences volontaires» [la peur de nouvelles émeutes raciales (2005) plane sur cette affaire]

[...]

L'enquête se poursuit et, selon LCI et Le Parisien, la juge d'instruction n'a pas encore visionné les vidéos en question. Une analyse image par image doit avoir lieu afin de déterminer si le geste du policier est intentionnel ou non. La question est essentielle pour déterminer si l'acte relève d'un délit et s'il peut être qualifié de viol. Dans le cas contraire, la juge pourrait choisir de requalifier les poursuites.

Dans un récit détaillé de l'interpellation qui a dégénéré, Le Parisien évoque également, jeudi, le fait que le pantalon de Théo ait pu glisser lors de l'empoignade. «Un policier tient les amis de Théo à distance alors que ses trois collègues tentent de maîtriser le jeune homme. Lui se débat en tous sens, ce qui a pour effet de faire glisser son pantalon de survêtement sur le haut des cuisses», explique le quotidien. Le journal évoque par ailleurs la scène qui précède l'affrontement, lors de laquelle «Théo, 21 ans, silhouette athlétique de 1,90 m, grimpe les escaliers, remontant d'un geste machinal son pantalon de jogging bleu sombre qui glisse sur ses hanches».

[...]

Pour l'avocat du policier mis en examen pour viol, il s'agit d'un accident. «L'IGPN, à la fin de la garde à vue, a effectivement fait le constat avec le parquet qui a également visionné ces images» de vidéosurveillance, «du caractère à l'évidence, non intentionnel du geste du fonctionnaire», a affirmé Me Frédéric Gabet jeudi matin sur RTL.

source : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/02/09/01016-20170209ARTFIG00128-affaire-theo-la-police-des-polices-privilegie-la-these-de-l-accident-plutot-que-le-viol.php

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour des raisons techniques, il m'est impossible de répondre aux commentaires - problème de cookies sous proxy !