samedi 13 mai 2017

Albi (81) : l’élue FN boxeuse aurait traité son « agresseur » de « sale blanc »


FRANCE 3 - Pour ces habitants témoins de la scène « la qualification des faits dans votre article ne correspond pas à ce que nous avons observé… le mardi 9 mai dans le quartier Lapanouse aux alentours de 15H ».

Surpris mais aussi choqué concernant l’exactitude du déroulement de l’incident. Une habitante nous écrit « nous sommes en mesure d’affirmer que les allégations proférées sont inexactes et incomplètes puisqu’elles ne décrivent par le comportement extrêmement agressif et violent de la victime autoproclamée ».

Une autre dame, témoin des faits raconte « Cette femme est venue faire ses achats dans le bureau de tabac, en sortant des individus lui ont parlé de ses choix politiques mais sans menace !! ». Selon ce témoin toujours, Glawdys Ramadji, s’en serait prise à Enzo, alors que ce dernier n’avait rien à voir dans cette histoire.

Elle lui aurait jeté son téléphone croyant qu’il la filmait, alors qu’il était en train de mettre une recharge à son téléphone portable. Puis, l’élue du FN aurait porté des coups de poings et pieds au jeune homme tout en hurlant. Elle l’aurait insulté lourdement le traitant entre autre de « sale blanc » !
Selon un jeune homme, témoin lui aussi de la scène, Glawdys Ramadji, aurait porté des coups au visage du jeune homme : « notamment des gifles et des coups de poings, elle l’a étranglé et griffé alors que lui ne se défendait pas, il ne lui a jamais rendu un seul coup, quand elle le frappait, il mettait ses mains dans son dos… ».

Selon d’autres témoins, des personnes d’une association située à proximité du tabac seraient sorties de leur local pour tenter de la calmer et de les séparer mais sans succès.

Devant la violence déployée par l’élue du FN sur le jeune homme une dame aurait tenté de mettre Enzo à l’abri, l’amenant derrière le tabac, mais selon elle « Glawdys Ramadji continuait de le suivre tout en le rouant de coups alors qu’il ne répondait pas… » elle a même osé le prendre par les parties intimes en l’insultant ». « Cette femme était enragée, elle faisait plusieurs aller-retour entre sa voiture et le bureau de tabac et n’arrêtez pas de crier « nique ta mère, je vais te ramener mes frères noirs avec de grosses bites ».


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour des raisons techniques, il m'est impossible de répondre aux commentaires - problème de cookies sous proxy !