vendredi 19 janvier 2018

Un Israélien mêlé dans une affaire de trafic d'organes au Kosovo

   

i24 NEWS - Moshe Harel est accusé d'être le cerveau d’un réseau de recrutement de donneurs et de receveurs d’organes

Un citoyen israélien, accusé d'être impliqué dans un scandale de trafic d'organes au Kosovo il y a une dizaine d'années a été arrêté à Chypre, a rapporté vendredi l'agence de presse Reuters.

Les autorités de Pristina au Kosovo ont demandé son extradition pour être jugé, a annoncé vendredi la police.

Moshe Harel est accusé d'être le cerveau d’un réseau de recrutement de donneurs et de receveurs d’organes, d'avoir attiré au Kosovo d'éventuels donneurs de reins originaires de Turquie ou d'anciennes républiques soviétiques avec la promesse d'un paiement de 15.000 euros pour leur organe [Selon RFI, les organes prélevés étaient rarement payés].

Les reins étaient ensuite vendus entre 80.000 et 100.000 euros.

"Basé sur un mandat d'arrêt international, le suspect Moshe Harel a été arrêté il y a quelques jours à Chypre. Il est recherché depuis 2010", a déclaré à l'agence Reuters Baki Kelani, porte-parole de la police.

La Russie a également émis un mandat d'arrêt international contre Moshe Harel
Moshe Harel  a été arrêté en 2012 en Israël dans le cadre d'une enquête parallèle, mais n'a pas été extradé vers le Kosovo, qui n'a pas de relations diplomatiques avec Israël.

Le scandale a été révélé en 2008, quand un ressortissant turc a été arrêté à l’aéroport de Pristina, visiblement affecté d’avoir eu un rein enlevé.

Le réseau agissait depuis la clinique Medicus sur une route résidentielle à la périphérie de Pristina, la capitale du Kosovo. Le propriétaire de la clinique, Lutfi Dervishi, son fils et cinq autres personnes sont en procès sous le coup des accusations de trafic d’organes humains.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour des raisons techniques, il m'est impossible de répondre aux commentaires - problème de cookies sous proxy !