mardi 20 mars 2018

Les pharaons étaient de Race Blanche

(Haplogroupe R1b)

AFRICAPOSTNEWS - Depuis des décennies les scientifiques s'opposent sur le profit des pharaons qui ont régné sur l'Egypte et qui ont bâti l'une des civilisations les plus admirées sur terre. Des scientifiques Allemands de l'institut Max-Planck et de l'université de Tübingen disent avoir réalisé le séquençage du génome de 151 momies égyptiennes. Aprés leurs travaux ils affirment que les pharaons et les Egyptiens antiques avaient un profil plus européen qu'africain.

Le professeur Cheikh Anta Diop, historien et égyptologue respecté sur le continent africain, s'était-il donc trompé ? Cet éminent scientifique a passé toute sa vie à défendre l'idée d'une Egypte antique noire, gouvernée par des pharaons noirs qui régnaient sur une civilisation noire.

L'analyse par des scientifiques Allemands de 90 génomes appartenant à 151 momies du site d'Abousir el-Mekel du Caire contredisent ses conclusions.

Le scientifique Albert Zink, qui a participé aux travaux se veut formel. "(Notre) étude prouve enfin qu'il y a bien de l'ADN preservé dans les momies de l'Egypte ancienne", a-il déclaré.

Si retrouver un ADN préservé sur une momie de l'Egypte antique peut déjà être considéré comme un véritable exploit, les scientifiques ont fait mieux encore. Ainsi l'analyse de l'ADN qu'ils ont effectué permet de dire que les Egyptiens antiques étaient plus proches des habitants de l'Europe actuelle que le l'Egypte d'aujourd'hui. En clair les pharaons et leurs contemporains n'étaient pas noirs.

Toujours selon l'étude, ces résultats ne seraient pas si étonnants que ça puisque les subsahariens ne sont arrivés en Egypte que 1500 ans plus tard.


L'africanisation de l'Egypte a entrainé la disparition de cette civilisation. L'Europe d'aujourd'hui suit le même chemin.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour des raisons techniques, il m'est impossible de répondre aux commentaires - problème de cookies sous proxy !