lundi 21 mai 2018

Le Samu refuse de se déplacer : décès d'une fillette de 3 ans


L'EXPRESS - Lissana, 3 ans, est morte le 30 janvier d'une banale grippe. Sa famille a annoncé qu'elle allait porter plainte pour "comprendre ce qui s'est passé" [...] Le 28 janvier, Lissana est prise d'une forte fièvre. Elle est d'abord examinée par un médecin de l'hôpital d'Aix-les-Bains, en Savoie. Le professionnel lui diagnostique une grippe saisonnière. "Il a dit qu'il ne fallait pas s'inquiéter, que dans trois jours tout irait mieux", raconte au Parisien, Patrick, le grand-père paternel de la petite fille.

Les heures passent, mais l'état de santé de Lissana ne s'améliore pas. Au contraire. Sa fièvre est toujours aussi élevée, 40,8 degrés, elle a de plus en plus de mal à respirer, souffre de vomissements et de diarrhée. Dans la nuit, sa mère décide d'appeler le 15. 

Lissana est dans un état "semi-comateux", mais le Samu refuse de se déplacer. La raison: il n'y a "pas d'urgence". Il conseille plutôt aux parents de "rappeler" le lendemain matin. Finalement, face à la détresse de Lissana, les parents emmènent leur fille à l'hôpital d'Aix-les-Bains, mais les urgentistes ne peuvent plus rien pour elle. Lissana décédera une heure plus tard. 

Aujourd'hui, la famille s'interroge sur le manque de réactivité du Samu qui a refusé de se déplacer. "Je ne sais pas à quoi sert le Samu. S'il ne se déplace pas dans ces cas-là, quand se déplace-t-il?, se demande le grand-père. Une enfant de 3 ans ne peut pas décéder de la grippe en 2018. Il y a eu obligatoirement de la négligence et du laxisme."  


Un mois plus tard c'est une femme enceinte de 6 mois qui perd la vie après un appel au Samu : http://www.leprogres.fr/loire-42/2018/05/16/enceinte-de-six-mois-elle-decede-apres-un-appel-au-samu

La couverture médiatique de ces drames a été plus que limitée, pas de tapage matin, midi et soir durant des semaines; car les victimes n'étaient ni juives, ni africaines, ni maghrébines... mais Blanches !

1 commentaire:

  1. Même si la réponse à cette question est multifactorielle, vu la quantité de bougnouls et de négros qu'il y a dans les hôpitaux de france, il n'est pas étonnant de voir ce genre de choses se produire et de plus en plus souvent. De la même façon qu'un bougnouls dans la police fera en sorte de privilégier les siens, prendra des renseignement sur d'autres flics blancs aidera ses potes à ne pas se faire serrer etc. Lorsqu'il sont au SAMU ou dans les hôpitaux, c'est pareil. Priorité à leurs congénères, tout comme aux US et ailleurs, on laisse les blancs crever en souriant et en papotant...
    Quel est le nom de la personne qui à pris l'appel? 100 contre un que c'est un mohamerde.

    RépondreSupprimer

Pour des raisons techniques, il m'est impossible de répondre aux commentaires - problème de cookies sous proxy !