vendredi 11 mai 2018

Ursula Haverbeck emprisonnée pour ses opinions


JEUNE NATION - La justice allemande avait annoncé le 7 mai rechercher la figure du révisionnisme historique allemand, Ursula Haverbeck, qui à 89 ans est surnommée la « mamie nazie ». Condamnée à huit reprises pour des propos relevant de la libre-expression de ses opinions et la communication de ses résultats de recherche, elle doit purger une peine totale de deux ans de prison.

Ursula Haverbeck aurait dû se présenter pour être écrouée le 23 avril.« La condamnée ne s’étant pas présentée à l’issue du délai légal pour entamer sa peine de détention, le parquet de Verden (nord) a émis le 4 mai 2018 un mandat d’arrêt (…). Jusqu’ici la condamnée n’a pas pu être arrêtée », avait indiqué le parquet de Verden dans un communiqué. Et elle avait été déclarée en fuite.

Femen fêtant la destruction de Dresde (+ de 250 000 morts). 
Plus un peuple est enjuivé, plus il se hait lui-même.

La vieille dame persécutée espérait fêter son 90e anniversaire au mois de novembre en compagnie de sa famille et de ses amis, mais les sicaires de la police de la pensée en ont décidé autrement. En effet on apprenait le même jour que « sur la base d’un mandat d’arrêt, elle a été arrêtée lundi vers 13h30 à Vlotho », en Rhénanie du Nord-Westphalie.

L’arrière-grand-mère allemande a gagné le respect de ses compatriotes et l’estime des chercheurs indépendants du monde entier pour ses enquêtes opiniatres sur la fraude liée à l’Holocauste. Le régime allemand, qui est fortement impliqué dans l’escroquerie, a condamné la courageuse investigatrice à deux ans de prison ferme pour avoir enquêté sur les procès-verbaux des Alliés sur les conditions dans les camps d’internement pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ainsi la dernière condamnation en date, à six mois de prison ferme, a été prononcée en octobre dernier. La justice allemande lui a reproché d’avoir publiquement déclaré en janvier 2016 que le génocide des juifs par le IIIe Reich n’avait jamais existé et qu’il n’y avait jamais eu de chambres à gaz à Auschwitz. Ursula Haverbeck avait aussi été condamnée en 2015 pour avoir déclaré que l’Holocauste était « le plus grande mensonge » de l’Histoire. Mais jusqu’ici, elle n’avait jamais été derrière les barreaux.

Sur son site internet, Ursula Haverbeck se reconnait « représentante du révisionnisme historique » et assume être une « combattante intrépide pour la vérité ». Elle était l’épouse de Werner Georg Haverbeck, un militant nationaliste décédé en 1999, avec lequel elle avait fondé un établissement d’enseignement pour la libre-recherche historique qui avait été interdit en 2008.


Écrivez votre soutien dès aujourd’hui à Ursula :

Ursula HAVERBECK
JVA Bielefeld-Senne
Hafthaus Ummeln
Zinnstr. 33
33649 Bielefeld

Libérez Ursula Haverbeck ! Liberté pour les révisionnistes !

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour des raisons techniques, il m'est impossible de répondre aux commentaires - problème de cookies sous proxy ! Les commentaires qui feront la promotion de la violence seront censurés.