vendredi 27 juillet 2018

Italie : un ancien évêque déclare qu’il transformerait toutes les églises en mosquées « si cela pouvait sauver la vie des migrants »


LES OBSERVATEURS - Un évêque italien a déclaré qu’il serait prêt à voir la fin du christianisme et la domination de l’Islam si cela signifiait sauver la vie des migrants, ont rapporté lundi les médias italiens.

« Moralement et en tant qu’homme de foi, je serais prêt à transformer toutes les églises en mosquées si elles étaient utiles à la cause et si elles aidaient à sauver la vie d’hommes et de femmes pauvres et malheureux, parce que le Christ n’est pas venu sur terre pour construire des églises, mais pour aider les hommes sans distinction de race, de religion ou de nationalité  », a déclaré l’ancien évêque de Caserta, Raffaele Nogaro, plus tôt ce mois-ci.

Mgr Nogaro est à la pointe d’un mouvement clérical pour s’opposer au gouvernement populiste italien, en particulier en ce qui concerne ses efforts pour freiner l’immigration illégale qui sévit dans le pays depuis 2014. Pour ce groupe de prélats et de prêtres, Matteo Salvini – malgré sa foi catholique – est la personnification de tout le mal du nouveau gouvernement, avec un prêtre qui va jusqu’à l’appeler « l’antéchrist ».

Rome souillée par les religions du désert.

Ce mouvement, malgré le soutien moral qui va jusqu’au sommet avec le pape François, a commencé à créer un fossé entre les catholiques de base et la hiérarchie. Lors d’un important sondage effectué plus tôt ce mois-ci, Salvini s’est avéré être l’homme politique le plus digne de confiance dans ce pays à prédominance catholique.

Lorsque Salvini a refusé la permission d’accueillir le navire l’Aquarius qui transportait des centaines de migrants africains à la fin juin, les évêques italiens ont été parmi les plus bruyants.

« C’est Jésus qui vient à nous sur un navire, il est dans l’homme ou l’enfant qui se noie, c’est Jésus qui pêche à travers les ordures à la recherche d’un peu de nourriture », a dit le cardinal sicilien Francesco Montenegro dans une homélie peu après.

Francesco Montenegro a blâmé les efforts pour freiner la migration de masse et l’insensibilité et l’indifférence, suggérant qu’une certaine race de chrétiens « crée les pauvres et ne veut pas d’eux parce qu’ils sont irritants et les laisse mourir ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour des raisons techniques, il m'est impossible de répondre aux commentaires - problème de cookies sous proxy ! Les commentaires qui feront la promotion de la violence seront censurés.